ROBERTO PEZET

Born in 19XX in XX, XX

Lives and works in Paris, France

From the apocalypses of the third Cretaceous to the shapes of the birds in the sky, like a tribute, Roberto Pezet’s paintings show the fleetingness of their subjects. 

There is a world, a slow one, only drawing tiny details. Things take a certain time to change, and are only seen when immobile. There are also these extraordinary moments when evolution precipitates itself. The instant when the last diplodocus died, the time a flower takes to mutate and pollinate a whole field. 

Pezet’s works tackle the polarity of what is done and undone in the biogenic field. The end of times would have then happened a few times already. The earth has known at least six mass extinctions from the beginning of life on Earth, annihilating up to 90% of species. This artworks painted with an immediacy analogue to that of these violent deaths, shows the fragility of the course of events but also their inherence to time. 

Evolution tells us that from the genetic mutation to the cataclysm, each accident is a source of progress, a parallel thus appearing in painting: indeed, since each stroke leads to another, the need for the pictural or conceptual catastrophe allows to find a new start.

Des apocalypses du Crétacé-Terciaire aux morsures des oiseaux dans le ciel, comme un hommage, les peintures de Roberto Pezet témoignent de la fugacité de leur sujets. Il y a un monde, lent, n’inscrivant que des changements infimes. Les choses mettent tant de temps à changer qu’on ne les voit qu’immobiles. Il y a aussi ces moments extraordinaires ou l’évolution se précipite.L’instant où le dernier diplodocus meurt, le temps que prend une fleur pour muter et polliniser tout un champs.

Les oeuvres de Pezet traitent de la polarité de ce qui se fait et se défait dans le champs biotique. L’adaptation et la pérennité du vivant. 

La terre a connu au moins 6 extinctions de masse depuis l'apparition de la vie, annihilant jusqu'à 90% des espèces. Les toiles de l’artiste peintes avec une immédiateté analogue à celle de ces morts violentes, rend compte de la fragilité du cours des événements mais également de leur inhérence dans le cours du temps. L'évolution nous montre que de la mutation génétique au cataclysme chaque accident est une source de progrès et grace p Roberto Pezet un parallèle apparaît en peinture:t puisque chaque trait entraîne le suivant, la nécessité de la catastrophe picturale ou conceptuelle permet de trouver de nouveaux point de départ.